9

Dans le brouillard du désordre

MUNICH – Quelle menace en devenir n’avons-nous pas encore identifié ? Après une année absolument horrible au plan de la paix et de la sécurité internationales, cette question se posera avec acuité aux décideurs politiques, aux analystes et aux médias présents cette semaine à la 51ème Conférence de Munich sur la sécurité.

Il y a un an, la guerre en Syrie et la crise en Ukraine étaient les principales préoccupations de la communauté internationale. Mais de nombreux participants au forum de l’an dernier admettraient sans doute aujourd’hui n’avoir pas pris la pleine mesure de la gravité de ces événements – sans même mentionner ceux qui pourront se produire.

Quelques mois plus tard seulement, les rapides escalade et régionalisation de ces deux crises, couplées à d’autres évolutions dans le monde, ont conduit de nombreux observateurs à dire que l’année 2014 a marqué le début d’une période plus chaotique et moins pacifique dans les relations internationales.

De nombreux défauts et point d’érosion dans les structures de sécurité collective existantes ont été révélés au cours de l’année écoulée. Des termes comme The Great Unraveling, (la Grande désintégration) utilisés par le journaliste Roger Cohen à l’automne 2014, trouvent un large écho parce qu’ils saisissent le sentiment actuel d’impuissance, de manque de contrôle et d’incapacité à saisir ou à prédire la prochaine crise. Comme l’a récemment écrit Javier Solana : « Nous avons vécu dans l’illusion. Pendant des années, le monde a cru que la transition d’un ordre unipolaire vers un ordre multipolaire s’opérerait dans la paix, dans le respect des règles, et dans la stabilité, (…) Nous avions tort ».