pollution in China Peter Parks/Getty Images

Sur le front des changements climatiques

MANILA/SAN JOSÉ – Le 22 avril, les dignitaires représentant pas moins de 175 parties prenantes ont signé l’accord mondial de lutte aux changements climatiques conclu à Paris en décembre, établissant un précédent pour l’adoption d’un accord international. Le soutien exprimé est réconfortant. Il donne bon espoir que l’engouement créé par cet accord capital en décembre n’a pas perdu de sa vigueur.

L’accord conclu à Paris n’était que la première étape d’un long chemin vers la protection du climat mondial et les pays les plus vulnérables au monde. La cérémonie de signature était la seconde. La prochaine sera le processus de ratification ; 55 pays, représentant au moins 55 % des émissions mondiales, devront ratifier l’accord pour le mettre en vigueur.

La bonne nouvelle est que le processus est déjà bien amorcé. En février, Fiji est devenu la première nation à ratifier le traité, suivi par trois autres petits États insulaires. Les quatre sont membres du Forum de la vulnérabilité climatique, un groupe de 43 pays — y compris le Costa Rica et les Philippines, dont nous sommes les représentants — sur le front des changements climatiques. Les membres du Forum de la vulnérabilité climatique se sont battus sans relâche pour un accord à Paris et nous ferons tout ce que nous pourrons pour accélérer son entrée en vigueur.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/2lwPXTl/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.