muganda1_SIMON MAINAAFP via Getty Images_vaccines SIMON MAINA/AFP via Getty Images

Investir dans une équité vaccinale mondiale, c'est reconnaître notre destinée commune

NAIROBI – Les efforts remarquables déployés mondialement pour mettre au point, en un temps record, des vaccins sûrs et efficaces contre la COVID-19 illustrent bien l’efficacité des vaccins pour nous rapprocher de ceux que nous aimons et de créer un monde plus prospère et plus équitable, dans lequel chacun a la possibilité de réaliser pleinement son potentiel. Les vaccins comptent parmi les plus grandes avancées de la médecine moderne, permettant à des milliards de personnes de mener une vie saine. Mais pour mettre fin aux épidémies de maladies évitables par la vaccination – et pas seulement à la COVID-19 – il faut que les campagnes de vaccination rejoignent une portion suffisamment importante de la population.

Prenons l’exemple de la poliomyélite. La fermeture des salles de classe, faite dans le but de protéger les enfants des éclosions de COVID-19, peut sembler totalement inédite, mais une épidémie de polio survenue en 1937 aux États-Unis a été à l’origine de programmes d’enseignement par radio, l’une des premières innovations en matière d’enseignement à distance. À l’époque, on pensait que la polio ne touchait que les pays industrialisés, jusqu’à ce qu’une grave épidémie survenue en Afrique du Sud en 1948 conduise à la création de la première fondation africaine pour la recherche sur la poliomyélite et permette de prendre conscience du poids de cette maladie dans le monde. Dans les années 1950, la polio paralysait en moyenne 600 000 personnes par an.

Heureusement, les scientifiques ont développé les premiers vaccins contre la polio au cours de la même décennie. Ainsi, depuis le lancement de l’Initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite en 1988, les vaccins ont permis de réduire l’incidence mondiale des cas d’infection par le poliovirus sauvage de plus de 99 %, passant de centaines de milliers de cas par an à une poignée de cas endémiques dans deux pays seulement : l’Afghanistan et le Pakistan. En 2020, l’Afrique a été certifiée exempte du poliovirus sauvage, donnant au continent une lueur d’espoir bien nécessaire en pleine pandémie de COVID-19. Une couverture vaccinale rigoureuse permet de présager que la polio pourrait devenir la deuxième maladie – après la variole – à être totalement éradiquée par la vaccination.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/1CFuEMbfr