5

Cyber guerre et paix

MADRID – Les technologies de l’information et de la communication font aujourd’hui partie intégrante de la vie quotidienne d’une majeure partie de la population mondiale. Elles vont jusqu’à gagner les régions les moins développées et les plus reculées du globe, et constituent désormais un facteur clé du développement, de l’innovation et de la croissance économique.

Or, il ne s’agit là que d’une première étape, en direction d’une véritable transformation fondamentale. Au cours des prochaines années, de nouvelles technologies de type « Internet des Objets », impression 3D, ou encore véhicules autonomes, viendront révolutionner le fonctionnement des entreprises, les systèmes réglementaires, et mêmes les normes sociétales.

Bien que ces technologies représentent des atouts considérables, elles génèrent également un risque, compte tenu de la facilité avec laquelle il est possible d’accéder aux données à des fins d’utilisation délictuelle. Les cyberattaques augmentent d’ores et déjà significativement en nombre, gagnant en complexité, en amplitude et en impact. Tandis que le monde se fait de plus en plus interdépendant et hyper-connecté, l’inquiétude s’accentue quant à la vulnérabilité d’Internet, infrastructure dont ont appris à dépendre la quasi-totalité des activités économiques – dont les secteurs du commerce, de l’approvisionnement énergétique, ainsi que le système financier tout entier.

Les cyberattaques s’opèrent via la virtualité du cyberespace, au sein duquel les actions agressives disposent d’un avantage par rapport aux actions défensives. En effet, l’infrastructure du cyberespace a principalement été conçue en faveur de l’interopérabilité et de l’ouverture, bien souvent au détriment de la sécurité, ce qui tend précisément à restreindre son exploitabilité.