Martin Barraud/Getty Images

La fausse promesse économique de la gouvernance mondiale

CAMBRIDGE – La gouvernance mondiale constitue le leitmotiv des élites de notre époque. La montée en puissance des flux internationaux de marchandises, services, capitaux et autres informations produites par l’innovation technologique et par la libéralisation des marchés auraient rendu les pays du monde trop interconnectés, considèrent-ils, ce qui ne leur permettrait plus aujourd’hui de résoudre seuls leurs difficultés économiques. C’est ainsi qu’est mise en avant la nécessité de règles, d’ententes et d’institutions globales.

Cette conception est aujourd’hui si largement admise que la remettre en cause revient à contester la rotation de la Terre autour du soleil. Or, ce qui vaut effectivement dans le cas de véritables problématiques globales, telles que le changement climatique ou la propagation des épidémies, ne se vérifie pas nécessairement concernant la plupart des questions économiques. Contrairement à ce que l’on entend souvent, l’économie mondiale ne constitue pas un patrimoine commun. Dans ce domaine, la gouvernance globale ne peut que produire des résultats limités – voire provoquer certains dégâts.

Si le changement climatique, par exemple, est effectivement une problématique qui nécessite une coopération globale, c’est parce que la planète ne présente qu’un seul et unique système climatique. Peu importe où sont générées les émissions de gaz à effet de serre. C’est d’ailleurs pour cela que les restrictions nationales régissant les émissions de carbone ne produisent que des résultats limités, voire nuls, à l’échelle du pays qui les applique.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/Tg9pWek/fr;