6

Le bon moment pour une monnaie mondiale?

NEW YORK – Le monde d'aujourd'hui n’a jamais aussi intégré sur les plans économique et financier depuis la seconde moitié du XIXe siècle. Pourtant, et de manière anachronique, l'élaboration des politiques – notamment par les banques centrales – demeure nationale et paroissiale. N’est-il pas temps de repenser le (non-)système monétaire mondial ? En particulier, est-ce qu’une banque centrale mondiale unique et une monnaie mondiale n’auraient pas plus de sens que notre assemblage déroutant, inefficace et démodé de politiques et devises nationales ?

La technologie a dorénavant atteint un niveau de développement qui rend certainement possible la création d’une monnaie numérique commune, grâce à l’adoption quasi universelle de la téléphonie mobile. Et, aussi lointaine que la perspective d’une monnaie mondiale puisse sembler, rappelez-vous que, avant la Première Guerre mondiale, un abandon de l'étalon-or semblait tout aussi improbable.

Le système actuel est à la fois risqué et inefficace. Les différentes devises ne sont pas seulement une nuisance pour les touristes qui rentrent à la maison les poches pleines de pièces de monnaie étrangères inutilisables. Les entreprises mondiales perdent du temps et des ressources en efforts largement futiles pour couvrir le risque de change (qui ne bénéficient qu’aux banques servant d’intermédiaires).

Les avantages liés à l’élimination des monnaies nationales dans le monde entier seraient énormes. D'un seul coup, le risque de guerre des devises, ainsi que les dommages que ces dernières peuvent infliger à l'économie mondiale, seraient éliminés. La fixation des prix ​​serait plus transparente, permettant aux consommateurs de déceler des anomalies (à partir de leurs téléphones) et de saisir les meilleures offres. De plus, en éliminant les opérations de change et les coûts de couverture, une monnaie unique permettrait de revigorer le commerce mondial en panne et améliorerait l'efficacité de l'allocation des capitaux mondiaux.