0

Une action collective pour une reprise mondiale !

WASHINGTON – L'économie mondiale est entrée dans une nouvelle phase, des plus dangereuses. Le chemin vers une reprise durable existe, mais il est de plus en plus étroit. Pour le parcourir, il faut une volonté politique forte partout dans le monde – du leadership plutôt que la politique de la corde raide, la coopération plutôt que la concurrence et l'action plutôt que la réaction.

L'un des principaux problèmes actuels est l'excès de dette dans le système financier mondial – parmi les Etats, les banques et les ménages, notamment dans les pays avancés. Cela affecte la confiance et freine les dépenses, les investissements et la création d'emplois. Ces pays sont confrontés à un redémarrage faible et chaotique qui s'accompagne d'un niveau de chômage inacceptable. La dette de la zone euro s'est creusée et les tensions financières se font plus importantes. Et parfois l'indécision des dirigeants politiques aggrave encore la situation. Les tensions sociales qui couvent pourraient intensifier la crise de confiance.

Dans ce contexte, nous devons engager une action collective en faveur d'une reprise de l'économie mondiale suivant quatre grands axes : réparer, réformer, rééquilibrer et reconstruire.

Tout d'abord réparer. Avant toute chose, nous devons diminuer la pression qui s'exerce sur le bilan des Etats, des ménages et des banques et qui risque de faire obstacle à la reprise. Les pays avancés ont besoin de plans crédibles de stabilisation et de réduction de la dette publique à moyen terme.