Paul Lachine

Comment réussir avec l'Allemagne

GENEVE –  La crise de la dette souveraine qui perdure en Europe peut sembler un phénomène unique, mais ce n'est pas le cas. Il y a quelques dizaines d'années, l'Europe disposait d'un mécanisme de taux de change, l'ERM, qui s'est écroulé lors d'une crise qui  rappele celle d'aujourd'hui. L'aboutissement sera-t-il différent cette fois-ci ?

L'ERM fixait des limites relativement étroites aux variations des taux de change des monnaies européennes. Mais les pays qui y participaient restaient libres de leur politique monétaire, ce qui entraînait parfois des déséquilibres budgétaires. Quand les marchés financiers pressentaient un problème chez les pays participants, ils vendaient à découvert les devises les plus vulnérables et poussaient les autorités des pays concernés à dévaluer. Ces dernières résistaient, accusaient les spéculateurs, et en fin de compte, après quelques jours enfiévrés, cédaient généralement à la pression.

Les marchés testaient aussi la volonté des responsables politiques des pays participants qui échappaient à la tourmente, notamment à l'occasion de mouvements de grèves de grande ampleur ou à l'approche d'élections importantes. Même un pays avec des fondamentaux économiques sains et des finances équilibrées risquait alors d'être confronté à des difficultés. Le président de la Banque central européenne, Jean-Claude Trichet, sait parfaitement de quoi il s'agit, car il a été confronté à une crise de ce type en tant que gouverneur de la Banque de France au début des années 1990.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/YHCSNVA/fr;