Les affres du monde du travail allemand

Les grèves sont rares en Allemagne. Entre 2000 et 2004, 234 jours ouvrés pour 1000 employés ont été perdus en moyenne avec les grèves en Espagne, 171 au Canada et 101 en France, contre seulement 3,5 jours en Allemagne. En fin de liste des statistiques de l'OCDE, l'Allemagne devance la Pologne (1,6 jours) et le Japon (0,4 jour).

Les Allemands sont donc d’autant plus perturbés que le syndicat des cheminots (GDL) a voté en faveur d’une grève qui paralysera le pays. L'accord signé récemment au sujet des salaires des employés des chemins de fer et négocié par les syndicats rivaux Transnet et GDBA, n'allait pas assez loin pour le GDL, qui réclame désormais une hausse de 31 %.

Malgré la suspension de la grève pour laisser du temps aux négociations, la menace continue de planer car les discussions se trouvent dans une impasse. Si le GDL parvient à obtenir une hausse des salaires plus importante que celle de l'accord général, celui-ci deviendra caduc – ce que la direction des chemins de fer ne n’acceptera sous aucune condition.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/LZexDFe/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.