marin9_Harry MurphySportsfile for Web Summit via Getty Images_bostondynamicsrobotdog Harry Murphy/Sportsfile for Web Summit via Getty Images

L’Europe doit créer sa propre agence de recherche avancée

MUNICH – L’humeur n’est pas au beau fixe en Allemagne actuellement, et pas seulement en raison du ralentissement économique du pays. Longtemps louée pour son savoir-faire et ses produits industriels de qualité élevée, l’économie allemande risque aujourd’hui de se retrouver à la traîne, à l’heure où les logiciels et les données deviennent de plus en plus essentiels à la prospérité future. L’annonce récente selon laquelle la société technologique américaine Apple vaut désormais davantage que l’ensemble des 30 sociétés allemandes majeures de l’indice DAX accentue par ailleurs la morosité des dirigeants d’affaires et responsables politiques. Si les entreprises allemandes ne s’adaptent pas rapidement, certaines d’entre elles pourraient avoir des difficultés à survivre.

Les nouvelles technologies digitales, dont l’Internet des objets et l’intelligence artificielle, pourraient profondément perturber les business models traditionnels des entreprises allemandes – notamment dans des secteurs tels que la construction de machines, l’automobile, et les produits chimiques. Le problème est d’autant plus sérieux que les sociétés allemandes rencontrent une concurrence de plus en plus rude de la part de la Chine, qui gravit progressivement l’échelle de la fabrication à valeur ajoutée.

Pour concevoir par exemple des voitures à conduite autonome, les constructeurs automobiles allemands tels que Volkswagen vont devoir collaborer avec des sociétés de logiciels en Europe. Actuellement, Volkswagen doit travailler avec Google ou avec un partenaire chinois, en l’absence d’un secteur des logiciels en Allemagne. Or, les automobiles de demain seront des superordinateurs ultra-connectés sur quatre roues. Si l’Allemagne et l’Europe ne s’adaptent pas suffisamment rapidement, Volkswagen et d’autres constructeurs automobiles allemands risquent de connaître le même sort que Nokia, qui a perdu sa position dominante sur le marché des téléphones mobiles, au profit d’Apple.

To continue reading, register now.

Subscribe now for unlimited access to everything PS has to offer.

Subscribe

As a registered user, you can enjoy more PS content every month – for free.

Register

https://prosyn.org/VDlwKeofr