Skip to main content

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions

German Federal Chancellor Angela Merkel Adam Berry/Getty Images)

En attendant l'Allemagne

BERLIN – Plus d'une décennie après la crise financière de 2008, l'Union européenne stagne toujours politiquement. Mais l'UE doit être renforcée si le projet d'intégration européenne doit réussir. Sinon les forces du nouveau nationalisme continueront leur assaut sur la démocratie, sur l'État de droit et sur les autres valeurs fondamentales du bloc.

La principale raison pour laquelle l'Europe reste dans l'impasse est l'Allemagne. Dans les années qui ont suivi 2008, quand l'UE a été confrontée à la croissance lente et à la montée des crises économiques, l'Allemagne a insisté sur le fait qu'elle ne pourrait pas faire avancer le projet européen toute seule et qu'elle devrait attendre la France.

Puis au printemps 2017, Emmanuel Macron a été élu à la présidence française sur la promesse qu'il ferait pression en faveur des réformes au niveau de l'UE et qu'il moderniserait l'économie française. Mais au moment même où la France revenait à la table des négociations, l'Allemagne se préparait à ses élections législatives de septembre 2017, qui ont résulté en des pertes significatives pour l'Union chrétienne-démocrate de la Chancelière Angela Merkel et qui ont conduit à plusieurs mois d'efforts pour former un nouveau gouvernement.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/bds5aHffr;
  1. roach111_westend61_getty images_shipping trade Westend61/Getty Images

    A Global Economy Without a Cushion

    Stephen S. Roach

    From 1990 to 2008, annual growth in world trade was fully 82% faster than world GDP growth. Now, however, reflecting the unusually sharp post-crisis slowdown in global trade growth, this cushion has shrunk dramatically, to just 13% over the 2010-19 period, leaving the world economy more vulnerable to all-too-frequent shocks.

    0