BERND VON JUTRCZENKA/AFP/Getty Images

Libérer la démocratie allemande

BERLIN – Le spectacle entourant les récentes négociations pour former un nouveau gouvernement de coalition en Allemagne est un indicateur du mécontentement des électeurs. Les jeux de pouvoir, l’électoralisme et les compromis qui ont été conclus sans débat public soulignent tous le décalage qui existe aujourd’hui entre les principaux partis et l'électorat en Allemagne – décalage qui pousse les électeurs directement dans les bras des populistes.

En conséquence, les partis politiques marginaux de l'Allemagne sont en pleine effervescence. Les partis Alternative für Deutschland à l’extrême droite et Die Linke sur l'aile gauche détiennent un total d'environ un quart des sièges du Bundestag. La grande coalition émergente – qui comprend le parti conservateur de l’Union chrétienne-démocrate (CDU), son parti frère en Bavière, l'Union chrétienne-sociale (CSU), et le Parti social-démocrate (SPD) de tendance gauche – représente un peu plus de 50%, ce qui la rend en fait beaucoup moins grande que dans les deux précédents gouvernements.

L’Afd, en particulier, n’en revient pas de sa chance. Le parti – qui ne joue, au mieux, que partiellement le jeu de la démocratie – devrait bientôt devenir le plus grand groupe d'opposition au Bundestag. Pour un parti qui n’avait jamais obtenu de représentation parlementaire avant les élections de septembre dernier, une telle position de premier plan était au-delà de ses rêves les plus fous il y a encore quelques mois.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

http://prosyn.org/POKVedi/fr;

Handpicked to read next

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.