L’Allemagne, l’Europe et la Russie

L’unité européenne est indivisible. Lorsqu’une nation est intimidée ou mise au ban de la société, toutes les autres en subissent les conséquences. Cet état de fait est confirmé par chaque pan de notre culture commune, si ce n’est par le siècle passé de notre souffrance commune.

L’un des grands objectifs de l’Union européenne est de promouvoir la stabilité et la sécurité grâce à une structure dynamique d’interdépendance économique et politique dans laquelle toutes les nations trouvent un intérêt. Ce type de structure fait pourtant défaut à l’heure actuelle entre l’UE et la Russie, au détriment des pays que se trouvent entre ces deux puissances. Le fait que l’Allemagne, qui débute tout juste sa présidence européenne, choisisse d’en faire l’une de ses grandes priorités est donc d’une importance capitale.

Les prix élevés du pétrole brut et du gaz naturel gonflent les coffres de la Russie, qui se comporte une fois de plus de façon agressive envers les petits États relativement faibles qui ont fui un Empire soviétique effrité, quinze ans auparavant. Les liens économiques et institutionnels nés de l’ère soviétique font perdurer l’influence considérable de la Russie sur cette région. Mais désormais, ce pays a également prise sur les marchés énergétiques autres que ceux de ses voisins immédiats.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/DQTmAlH/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.