15

La secrète addiction au crédit de l'Allemagne

LONDRES – Suite aux récents chiffres qui montrent que les exportations allemandes ont chuté de 5,8% de juillet à août et que la production industrielle a diminué de 4%, il est à présent clair que l'expansion non viable du pays, alimentée par le crédit, touche à sa fin. Pourtant globalement, les Allemands économes ne l'entendent pas de cette oreille. Après tout, la dette des ménages et des entreprises allemandes a diminué en proportion du PIB depuis 15 ans. De même la dette publique suit maintenant sur une tendance baissière. « Quelle expansion alimentée par le crédit ? » pourraient-ils demander.

La réponse se trouve dans la réalité de notre économie mondiale interconnectée, qui pendant des décennies a toujours dépendu de la croissance non viable du crédit et fait maintenant face à un grave surendettement. Avant la crise financière de 2008, la proportion du crédit privé par rapport au PIB a augmenté rapidement dans nombreuses économies avancées (dont les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Espagne). Ces pays ont également subi des déficits de compte courant, ce qui a entraîné la demande permettant à la Chine et à l'Allemagne de profiter de l'expansion menée par les exportations.

La croissance axée sur le crédit a permis à certains pays de rembourser leur dette publique. Le ratio de la dette publique par rapport au PIB en Irlande et en Espagne, pour ne citer deux exemples, a chuté considérablement. Mais le ratio global de la dette des économies avancées par rapport au PIB, y compris les dettes publiques et privées, a augmenté de 208% en 2001, à 236% en 2008. Et la dette mondiale totale est passée de 162% du PIB mondial à 175%.

La croissance du crédit a alimenté des augmentations du prix des actifs et davantage de croissance du crédit, dans un cercle vicieux qui a persisté jusqu'à l'éclatement de la bulle et à l'effondrement de la confiance. Face à la chute des prix des actifs, les ménages et les entreprises ont ensuite tenté de se désendetter. Le ratio de la dette des ménages par rapport au PIB américain a en effet diminué de 15% depuis 2009. Mais la dette n'a pas disparu : elle s'est simplement déplacée du secteur privé vers le secteur public.