La secrète addiction au crédit de l'Allemagne

LONDRES – Suite aux récents chiffres qui montrent que les exportations allemandes ont chuté de 5,8% de juillet à août et que la production industrielle a diminué de 4%, il est à présent clair que l'expansion non viable du pays, alimentée par le crédit, touche à sa fin. Pourtant globalement, les Allemands économes ne l'entendent pas de cette oreille. Après tout, la dette des ménages et des entreprises allemandes a diminué en proportion du PIB depuis 15 ans. De même la dette publique suit maintenant sur une tendance baissière. « Quelle expansion alimentée par le crédit ? » pourraient-ils demander.

La réponse se trouve dans la réalité de notre économie mondiale interconnectée, qui pendant des décennies a toujours dépendu de la croissance non viable du crédit et fait maintenant face à un grave surendettement. Avant la crise financière de 2008, la proportion du crédit privé par rapport au PIB a augmenté rapidement dans nombreuses économies avancées (dont les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Espagne). Ces pays ont également subi des déficits de compte courant, ce qui a entraîné la demande permettant à la Chine et à l'Allemagne de profiter de l'expansion menée par les exportations.

La croissance axée sur le crédit a permis à certains pays de rembourser leur dette publique. Le ratio de la dette publique par rapport au PIB en Irlande et en Espagne, pour ne citer deux exemples, a chuté considérablement. Mais le ratio global de la dette des économies avancées par rapport au PIB, y compris les dettes publiques et privées, a augmenté de 208% en 2001, à 236% en 2008. Et la dette mondiale totale est passée de 162% du PIB mondial à 175%.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/NTrKF7h/fr;