Merkel Netanyahu Li Rui/ZumaPress

Les limites de la culpabilité allemande

MUNICH – Ce mois de juin marque le 50e anniversaire de l’établissement de relations diplomatiques entre l’Allemagne et Israël. Cette relation bilatérale, née au lendemain de l’extermination des juifs d’Europe par les nazis, a évolué jusqu’à devenir une relation solide. Pour autant, la disparition progressive des souvenirs de la Shoa parmi les jeunes Allemands, ainsi que le déclin du statut international d’Israël, mettent depuis peu à mal le discours officiel consistant à faire valoir des liens « particuliers » entre les deux pays.

David Ben Gurion, père fondateur d’Israël et architecte de la réconciliation entre Israël et l’Allemagne, était un homme extrêmement pragmatique. Il savait combien le fait de nouer un partenariat avec l’Allemagne, faisant intervenir des réparations qui contribueraient à booster les capacités d’Israël, pourrait considérablement favoriser la survie de son pays.

Amorcée en 1952, ces réparations servaient bien entendu également les intérêts de l’Allemagne. La meilleure manière de retrouver une légitimité internationale au lendemain de la Seconde Guerre mondiale consistait en effet à expier publiquement les atrocités commises par les nazis, et à se réconcilier avec les juifs du monde entier.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/E4Nf9dg/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.