George W. Bush et l'hémisphère négligée de l'Amérique

Lorsque les Alliés de l'OTAN se rassembleront à Istanbul, la majeure partie des discussions porteront sur les divisions entre l'Amérique et l'Europe sur l'Irak. Mais l'Europe n'est pas la seule à s'être éloignée des Etats-Unis gouvernés par le président George W. Bush. Le fiasco américain en Irak a entraîné de nombreuses conséquences imprévisibles, notamment un anti-américanisme grandissant en Amérique Latine, qui a rapidement produit des effets innombrables sur la politique de la région.

Le parallèle avec l'Europe ne s'arrête pas là. Avant l'Administration Bush, plusieurs présidents américains ont beaucoup travaillé pour remplacer la relation existant entre les Etats-Unis et l'Amérique Latine (états hégémoniques/états dominés) par la relation existant avec les alliés européens. Tout ceci est désormais sérieusement compromis, les événements ayant pris une tournure imprévue. La séparation totale d'avec les Etats-Unis en Amérique Latine portera non seulement préjudice aux relations hémisphériques, mais elle risque également de discréditer des idées plus larges qui sont étroitement associées aux Etats-Unis.

Un grand nombre de ces effets secondaires pernicieux commence déjà à être perçu. La première conséquence, qui est aussi la plus lourde, concerne le déclin du prestige des Etats-Unis et de l'Administration Bush, et le respect envers ce pays et cette Administration, dans l'opinion publique latino-américaine.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/jWsoxQQ/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.