0

LGBT au travail

DAVOS – Lorsque le PDG d'Apple Tim Cook a annoncé l'année dernière qu'il était gay, j’ai été inondée d’e-mails et de messages téléphoniques de dirigeants du monde entier. En tant que dirigeant "out" chez Ernst & Young (EY), tout le monde semblait vouloir connaitre mon opinion sur ce que cela signifiait pour l'inclusion des lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres (LGBT) à l'échelle mondiale. Apple, après tout, se trouve à la cinquième place de la liste Fortune 500 des plus grandes entreprises du monde. Pouvait-on parler de la fin du « plafond de lavande » ?

Dans son article dans la revue Businessweek de Bloomberg, Cook décrit la manière dont le fait d’être gay a influencé sa vie : « Je suis fier d'être gay et je le considère comme un des plus grands dons que Dieu m'ait donnés. Être gay m'a donné une meilleure compréhension de ce que signifie être dans la minorité et m’a offert une fenêtre sur les défis quotidiens que connaissent les gens dans d'autres groupes minoritaires ».

Ma propre expérience du fait d'être « différent » est multiforme. Comme Cook, faire partie de la minorité a informé ma propension à être un leader inclusif. Contrairement à Cook, en plus d’être une homosexuelle refoulée, j’étais une femme, introvertie de surcroit, et ma politique avait tendance à différer de celles de mes pairs dans ma profession fortement dominée par des hommes extravertis. Depuis mon coming out en 2011, j’ai été publiquement plus fidèle à moi-même et plus authentique avec les autres. Cela a fait de moi un meilleur leader. En outre, le fait d’occuper une position de leadership dans une organisation mondiale m'a fourni une plate-forme pour parler ouvertement d’un large éventail de questions.

Il n’y a aucun doute à ce sujet : l'annonce de Cook a été un énorme pas en avant. Et les organisations internationales ont fait des progrès considérables dans l'inclusion LGBT en s’appuyant sur des réseaux externes et d’employés, ainsi que sur des politiques de non-discrimination.