1

Les limites du combat contre l'Etat islamique

CANBERRA – L'Histoire du Moyen-Orient abonde d'interventions militaires étrangères disproportionnées et mal conçues, aussi faut-il espérer que la décision du président Obama de lancer une guerre contre l'Etat islamique n'en soit un exemple supplémentaire. Aucun groupe terroriste ne mérite davantage d'être promis à la destruction que ces djihadistes génocidaires en maraude. Mais telles qu'elle est décrite et conçue, il n'est pas sûr que l'intervention militaire dirigée par les USA atteigne ses objectifs sans coût exagéré en terme de vies humaines, de temps et d'argent.

La réaction face aux gains territoriaux de l'Etat islamique a trois objectifs très différents qui exigent chacun une réponse spécifique :

- protéger la population civile en Irak et en Syrie contre les crimes de masse et les atrocités, autrement dit une mission humanitaire,

- protéger les citoyens des autres pays du terrorisme de l'Etat islamique,