De la difficulté à s’excuser

CANBERRA – Les excuses, ou l’absence d’excuses, font à nouveau les titres des journaux et posent la question de leur utilité pour résoudre les différends internationaux. Il ne fait aucun doute que des excuses sincères et en temps voulu contribuent à alléger les tensions entre deux personnes. Ce constat s’applique-t-il à la diplomatie ?

Dans certains cas, cette question prend la forme d’un intermède superficiel, comme l’illustrent par exemple les excuses des Etats-Unis exigées par le président afghan Hamid Karzai fin 2013 pour des victimes civiles involontaires – le prix à payer, incidemment, pour avoir permis aux Américains de continuer à le défendre, ainsi que son pays (les Etats-Unis ont, sans surprise, refusé de s’excuser).

Dans d’autres cas, les enjeux ont fini par atteindre des sommets. Depuis novembre dernier, les relations bilatérales entre l’Indonésie et l’Australie sont devenues plus tendues qu’elles ne l’ont été depuis des décennies, à cause de la fureur du président Susilo Bambang Yudhoyono née du refus du gouvernement australien de présenter des excuses pour voir mis son téléphone privé (et celui de sa femme) sur écoute.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/KURC4nA/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.