25

Le G-7 adopte la décarbonisation

NEW YORK – La réunion du G-7 de cette semaine dans les Alpes bavaroises à Schloss Elmau représente une avancée capitale dans la politique du changement climatique. Les sept plus grandes économies à revenus élevés (États-Unis, Japon, Allemagne, le Royaume-Uni, France, Italie et Canada) ont pris la décision révolutionnaire de décarboniser l'économie au cours de ce siècle.

Pour la première fois dans l'histoire, les principales économies riches ont trouvé un accord sur la nécessité de mettre un terme à leur dépendance vis-à-vis des combustibles fossiles. La Chancelière allemande Angela Merkel, le Président des États-Unis Barack Obama et les autres dirigeants du G-7 se sont montrés à la hauteur des circonstances et méritent une forte approbation mondiale.

Cette avancée historique est consignée dans la version définitive du communiqué du G-7. Tout d'abord, les pays du G-7 ont souligné l'importance de maintenir le réchauffement climatique en-deçà de 2° Celsius (3,6° Fahrenheit). Cela signifie qu'il faut maintenir la température moyenne de la Terre dans une fourchette de 2°C par rapport à la période qui a précédé le début de la Révolution industrielle (en gros avant 1800). Pourtant le réchauffement planétaire actuel est déjà près de 0,9°C, soit près de la moitié de la limite supérieure.

Les dirigeants du G-7 ont ensuite pris une décision sans précédent. Ils ont reconnu que pour rester sous la limite de 2°C de réchauffement mondial, les économies mondiales doivent mettre un terme à leur dépendance envers les énergies fossiles (charbon, pétrole et gaz naturel).