folke2_JOAO LAETAFP via Getty Images_deforestation JOAO LAET/AFP via Getty Images

Décider l’avenir de l’humanité

STOCKHOLM – Comme l’a rappelé sir David Attenborough à l’occasion du récent sommet du G7 en Cornouailles, les décisions que doivent prendre les pays les plus riches du monde sont « les plus importantes de l’histoire de l’humanité ». Le sommet s’est tenu sur fond de crises, au premier rang desquelles la pandémie, le changement climatique, la chute de la biodiversité, la hausse des inégalités et l’« infodémie » – la diffusion effrénée d’informations falsifiées.

Face à ces nombreux défis, les actions menées à l’échelle de la planète au cours de la décennie seront décisives. Si nous saluons l’engagement du G7 à diviser par deux les émissions de dioxyde de carbone et à mener une politique « bénéfique à la nature » en inversant d’ici 2030 la chute de la biodiversité, ces objectifs ne représentent que le minimum de qui est requis de la part des pays les plus riches du globe.

Comme l’ont souligné 126 prix Nobel dans un récent appel à l’action : « L’avenir de toute vie sur cette planète, y compris des humains et de nos sociétés, exige que nous devenions les gardiens efficaces des biens communs mondiaux. » Ce consensus est le fruit du premier Sommet des prix Nobel, intitulé « Notre planète, notre avenir », que nos organisations ont accueilli, au mois d’avril dernier. Prix Nobel et experts de la terre entière se sont réunis pour évaluer les risques auxquels notre monde hyperconnecté nous expose. Dans une époque que caractérise l’accélération, l’ampleur et la nature systémique des chocs, nous avons tenté d’examiner ce qui pouvait être accompli aujourd’hui et dans les prochaines années pour que le monde emprunte un chemin plus durable.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/vntzdI8fr