bergamaschi1_ANDREAS SOLAROAFP via Getty Images_venice ANDREAS SOLAROAFP via Getty Images

Un programme climatique pour le G20

ROME – À la fin de l'année dernière, lors de leur sommet à Riyad, les dirigeants du G20 ont reconnu le changement climatique comme l'un des principaux problèmes du XXIe siècle. « À l'heure où nous nous relevons de la pandémie, disent-ils dans leur communiqué, nous nous engageons à protéger notre planète et à construire un avenir plus durable et plus inclusif pour tous ». Jusqu'à présent, cet engagement n'est pas encore tout à fait suivi d'effets.

Il est vrai que l'intensité en carbone de l'approvisionnement énergétique des pays du G20 est en baisse. La consommation de charbon est en baisse, la pollution du secteur de l'énergie est en baisse et une série de nouvelles politiques de transports propres est en cours de déploiement. Les initiatives du G20 visant à encourager les entreprises à divulguer les risques climatiques commencent à porter leurs fruits.

Mais rien de tout cela ne se produit assez rapidement pour véritablement réduire les émissions, notamment parce que les pays du G20 canalisent tout aussi discrètement leurs liquidités vers des secteurs à forte intensité en carbone. Selon Vivid Economics, sur les 4,6 mille milliards de dollars que les principales économies mondiales ont injectés dans les secteurs de l'agriculture, de l'industrie, des déchets, de l'énergie et des transports dans le cadre de leurs plans de secours en cas de pandémie, moins de 1,8 mille milliards de dollars ont été « verts ».

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/vLT57qTfr