Philippe Marion/Getty Images

L’Afrique et le moment de vérité du G20

LAGOS – L’année qui s’écoule s’avère celle des bouleversements mondiaux ; non seulement celle de la révolte politique et de l’incertitude économique, mais aussi celle de l’innovation, de la transformation et de l’émergence d’idées nouvelles.

Les institutions de la gouvernance mondiale font face à de nombreux défis : ralentissement de la croissance économique, volatilité des marchés financiers, chute des prix des matières premières, vulnérabilité des économies émergentes (particulièrement de la Chine), vagues de migrants et de réfugiés, tensions géopolitiques, montée des inégalités et morcellement social, menaces enfin de la violence extrémiste. C’est pourquoi, dans un monde de plus en plus fragmenté et incertain, les dirigeants politiques doivent s’engager au sommet du G20 de Hangzhou, en Chine, dans la voie d’un multilatéralisme renouvelé.

En l’occurrence, s’ils souhaitent se conformer au thème affiché du sommet – « Vers une économie mondiale innovante, revigorée, interconnectée et inclusive » –, les États participant au G20 doivent mettre l’accent sur la stabilité financière et la croissance durable dans les pays développés comme dans les pays en développement, notamment en Afrique. Pour que ce sommet soit un succès, il faut que les États membres réaffirment – et renforcent – leur engagement dans quatre domaines.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/s2Grjzt/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.