Paul Lachine

Fukushima, le test nucléaire de l'Europe

MADRID - Vue depuis l'Europe, l'irrationalité des débats politiques et médiatiques à propos de l'énergie nucléaire s'est accrue et intensifiée depuis la fusion de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi au Japon il y a un an. Pourtant, une évaluation impartiale de la place de l'énergie nucléaire dans le monde demeure aussi nécessaire que difficile.

En tant qu'Européens nous ne devrions pas pontifier sur la politique énergétique nucléaire comme si notre avis importait à toute la planète, et c'est pourtant bien ce que nous faisons. D'autre part, l'Europe a une responsabilité qualifiée dans le secteur de la sécurité, où nous pouvons encore promouvoir une normalisation internationale et un cadre institutionnel qui discipline les États et apporte une plus grande transparence dans un domaine où les risques sont mondiaux comme c’est le cas de l'énergie nucléaire.

L'Europe a également un rôle à jouer dans la recherche vers des technologies plus sûres, en particulier vers le réacteur nucléaire de quatrième génération. En tant qu'Européens, ne pouvons pas nous permettre le luxe de démanteler un secteur industriel à haute valeur ajoutée dans lequel nous avons toujours un véritable avantage comparé.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/YnGKdPm/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.