De la solidarité à la liberté

Bien que la naissance, il y a 25 ans, de Solidarnosc, premier mouvement civique indépendant de l'ancien empire soviétique, ait eu d'énormes répercussions politiques, il ne s'agissait au départ ni d'un mouvement politique, ni d'un syndicat.

Avant tout, Solidarité était un cri de dignité. Nous avions simplement atteint les limites de notre endurance à l'égard des apparatchiks communistes tout-puissants et omniprésents qui faisaient la loi sur nos lieux de travail, dans nos quartiers et même nos lieux de détente. Écrivains, journalistes et artistes ne pouvaient plus supporter la lourde censure et la surveillance. Dans les usines aussi, les bureaucrates du Parti voulaient tout savoir et tout décider.

Toute initiative civique, toute activité de quelque sorte que ce soit était soumise  à une évaluation et à un contrôle idéologiques. Ceux qui étaient tentés de désobéir étaient assurés que la police secrète “s'occuperait” d'eux.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/B71xs5f/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.