Pour saisir la chance qui se présente au Proche-Orient

Il y a longtemps que les mots “chance” et “Proche-Orient” n’étaient pas réunis dans la même phrase. Mais voilà qui est fait. Et cet optimisme est peut-être même un peu ancré dans la réalité.

L’un des facteurs importants de ce changement est naturellement la disparition de Yasser Arafat. Comme le baron de Cawdor dans Macbeth , “rien dans sa vie ne lui fit plus d’honneur que son départ”.

Arafat n’a jamais évolué au-delà de l’homme apparu aux Nations Unies il y a plusieurs décennies, muni d’un rameau d’olivier et d’un fusil. Son refus de tourner le dos au terrorisme pour embrasser la diplomatie a causé sa perte, alors qu’il perdait toute légitimité aux yeux d’Israël et des Etats-Unis. En conséquence, il n’y a pas eu d’Etat palestinien.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/Qbct5kW/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.