La prime de la biodiversité

NAIROBI – Quel sera le coût pour sauver les forêts mondiales et améliorer le sort de sept milliards d’humains ? Dans quelques jours, l’Inde accueillera à Hyderabad la Convention des Nations Unies pour la diversité biologique. Les pays réunis envisageront les moyens de lever les fonds nécessaires à l’atteinte des Objectifs d’Aichi en biodiversité, des visées ambitieuses adoptées il y a deux ans au Japon lors du dernier congrès sur le même sujet.

Les objectifs d’Aichi préconisent de réduire de moitié le taux de perte des  habitats naturels de la planète, notamment les forêts, et ce, d’ici 2020. À Hyderabad, des études d’estimation des coûts de l’intensification des efforts seront présentées aux gouvernements.

Une évaluation estime qu’une somme annuelle d’environ 40 milliards $ sera nécessaire pour réduire de moitié le taux de déforestation et assurer la gestion durable des forêts dans les pays en voie de développement d’ici la date cible. Ce coût peut sembler exorbitant dans un monde où le chômage est en hausse, et où un grand nombre de pays étant encore aux prises à des crises économiques et financières, et d’autres au bord de la faillite.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

Log in

http://prosyn.org/IYnecPh/fr;