Marine le pen Chesnot/Getty Images

La deuxième année de l'Europe

NEW YORK – Il y a plus de quarante ans, le Conseiller à la Sécurité nationale des États-Unis Henry Kissinger a déclaré que 1973 devait être « l'année de l'Europe. » Il entendait par là souligner la nécessité de moderniser la relation Atlantique : plus précisément, la nécessité pour les alliés européens de collaborer davantage avec les États-Unis au Moyen-Orient et contre l'Union soviétique en Europe.

Kissinger serait le premier à reconnaître que les Européens n'ont pas relevé son défi. Néanmoins nous sommes à nouveau confrontés à une année de l'Europe. Mais cette fois, l'initiative est moins celle d'un gouvernement américain frustré que de l'Europe elle-même.

Les enjeux sont aussi importants qu'en 1973, sinon plus. La Russie ne montre aucune intention de se retirer de la Crimée, ni de mettre un terme à ses efforts visant à déstabiliser l'Est de l'Ukraine. Il existe une réelle préoccupation quant à la possible utilisation par la Russie de tactiques similaires à l'encontre d'un ou de plusieurs petits pays de l'OTAN à ses frontières.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/wuDeS1E/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.