Chris Van Es

Liberté religieuse ou liberté d’expression ?

PRINCETON – Le mois dernier, le Conseil des droits de l’homme de l’Onu a adopté une résolution condamnant “la diffamation de la religion” en tant que violation des droits humains. Selon le texte de la résolution, “la diffamation de la religion constitue un grave affront à la dignité humaine” qui mène à “une restriction de la liberté (religieuse) des adeptes.”

La résolution a été proposée par l’Organisation de la conférence islamique (OIC) composée de 56 pays, et portée devant le Conseil des droits de l’homme par le Pakistan. Il soutient qu’il visait des événements telles les caricatures désobligeantes du prophète Mahomet publiées dans un magazine danois il y a trois ans.

L’Allemagne s’est opposée à cette résolution. Parlant au nom de l’Union européenne, un porte-parole allemand a rejeté le concept de “diffamation de la religion” comme non valide dans le contexte des droits de l’homme, car les droits de l’homme appartiennent à des individus, et non à des institutions ou à des religions.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/oQYzq6O/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.