L’échec du libre-échange ?

COPENHAGUE – Le mois dernier, les négociations de Doha, qui promettaient des échanges plus libres, n’ont pas abouti, semble-t-il à cause d’un point de détail dans les règles de sécurité. En réalité, elles ont échoué car personne – ni l’Europe, les Etats-Unis, la Chine et l’Inde, ni les grands pays en développement – n’était disposé à subir les dommages politiques à court terme en offensant des fermiers inefficaces et des industries nationales privilégiées, dans le but de générer des bénéfices plus importants à long terme pour presque tout le monde.

En outre, les négociations ont échoué car elles nous importaient vraiment peu. Après quelques éditoriaux exaspérés, le monde s’est désintéressé du sujet et est retourné à ses affaires.

C’est idiot. En permettant des échanges beaucoup plus libres, le monde pourrait surmonter la quasi-totalité de ses problèmes majeurs. Pour un coût étonnement faible, nous pourrions améliorer les conditions de santé et d’éducation, rendre plus riches les plus pauvres et préparer le monde à mieux affronter l’avenir.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/CB12PbY/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.