Un libre-échange pour une croissance libre

ADELAÏDE – Le sentiment protectionniste et la peur de la mondialisation prennent de l’ampleur. Aux États-Unis, les candidats à la présidence font de l’œil aux électeurs inquiets, en reprochant l’érosion de la base industrielle du pays à l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA). Les initiatives commerciales libérales se sont heurtées à des résistances au Congrès, et on a suggéré de nouvelles barrières douanières pour les produits qui se déversent à flots depuis la Chine.

Les choses ne vont guère mieux en Europe. La France a porté un coup aux négociations du cycle de Doha de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) en rejetant l’idée d’un accord pour l’agriculture. José Manuel Barroso, président de la Commission européenne, estime que les pressions protectionnistes s’accentuent.

Quand le cycle commercial de Doha a été lancé, peu après le 11 septembre 2001, la bonne volonté internationale ne manquait pas. Mais le désenchantement provoqué par la mondialisation et, dans certaines régions, la peur de l’immigration, se sont installés depuis. Un récent sondage Financial Times/Harris aux États-Unis, en Allemagne, en France, au Royaume-Uni, en Italie et en Espagne dévoile que les gens ont trois fois plus tendance à trouver la mondialisation négative plutôt que positive.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/av8XNEl/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.