par Melvyn Krauss

Voter Non lors du référendum sur le traité constitutionnel de l’Europe ne revient pas à dire Non à l’Europe, comme certains le croient : cela reviendrait simplement à un vote de refus de confiance envers la présidence de M. Chirac. Tout ce qui porte atteinte à M. Chirac, qui a affaibli l’Union européenne en mettant en avant un modèle d’État protectionniste et corporatiste pour l’Europe, qui a également indiqué aux petits États membres de « la fermer » quand ils exprimaient leur désaccord avec lui, doit être considéré comme une bonne nouvelle pour l’Europe et pour l’intégration européenne.

Ainsi, ceux qui souhaitent une Union européenne mieux intégrée devraient se ranger aux côtés du Non français, tout en sachant très bien que certains de ceux qui voteront Non feront un bon choix pour de mauvaises raisons.

Bien avant le référendum de mai déjà, on pouvait percevoir les signes montrant que la capacité de la France à donner à l’Union européenne l’impulsion correspondant à ses besoins se perdait.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/D3YdTpa/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.