4

Le prochain Président de la France

PARIS – Dans un peu plus d'un an, les Français vont élire leur nouveau Président. Il est bien évidemment beaucoup trop tôt pour faire des pronostics. Si « beaucoup de choses peuvent arriver en une semaine en politique, » comme l'ancien Premier ministre britannique Harold Wilson est censé l'avoir dit, un an semble une éternité. Et pourtant, compte tenu de l'enjeu du résultat pour la France et pour l'Europe, il faut tenter de faire une première évaluation.

Si l'on en croit les sondages d'opinion, le prochain Président de la France ne sera pas François Hollande ni Nicolas Sarkozy, les deux derniers titulaires de cette charge. Hollande est le titulaire sortant, mais ses résultats ont été décevants sur presque tous les fronts, surtout celui de la lutte contre le chômage. Les chances de Sarkozy sont mises à mal par son caractère peu recommandable.

Le Président français sous la Cinquième République est, en termes britanniques, à la fois monarque et Premier ministre. Il détient le pouvoir symbolique ainsi que le pouvoir réel. Sarkozy a échoué, par-dessus tout, à incarner la République dans la dignité ; Hollande a échoué aussi bien dans les domaines de l'incarnation que de l'action. Pour le dire crûment, un homme qui était tout simplement « trop » a été remplacé par un homme tout simplement « pas assez ». À la suite de ce tandem, un cruel besoin de réformes structurelles n'a pas été mis en œuvre ou n'a été mis en place qu'avec trop de retard.

L'impact sur l'Europe n'a pas été moins décevant. Depuis la fin du mandat de Mitterrand en 1995, aucun Président français n'a été à la hauteur d'un Chancelier allemand. Le déséquilibre qui en résulte (pas assez de France et donc trop d'Allemagne), a été l'un des principaux problèmes politiques de l'Union européenne.