0

La France à la Sarkozy

Huit mois après son élection, Nicolas Sarkozy apporte-t-il la “rupture” promise après 30 années d’immobilisme français ? Surnommé “l’hyper-président” par des médias perplexes, il a lancé une grande série de réformes, dont beaucoup étaient considérées autrefois comme des suicides politiques. Il vise de nombreux domaines – notamment les universités, la justice, la politique étrangère, l’immigration, la fiscalité et l’environnement – mais c’est l’économie qui jouera le rôle décisif.

Le slogan de Sarkozy, “travailler plus pour gagner plus,” lui a valu un soutien considérable. L’épreuve cruciale sera sa capacité à réformer le marché du travail, dont les rigidités sont largement considérées comme la cause principale de la performance économique relativement mauvaise de la France, avec un taux de chômage qui n’a jamais été inférieur à 8% au cours des 25 dernières années.

Si le gouvernement a déjà lancé de nombreux projets, à peu d’exceptions près, comme les cadeaux fiscaux pour les plus fortunés, la plupart sont encore en cours d’élaboration. Les plus importants concernent les fonctionnaires, les retraites, le droit du travail, la durée du temps de travail, qui provoquent tous des résistances féroces.

La principale raison de cette lenteur – tout en notant en passant que les présidents précédents n’avaient rien fait du tout – est une loi de 2005 qui stipule que toutes les mesures affectant le marché du travail doivent d’abord être négociées de bonne foi avec les syndicats. Naturellement, ceux-ci entravent les négociations autant que possible.