21

Francois Hollande: Une vision erronée de l’économie Française

Londres – Depuis son élection Francois Hollande – le nouveau président de la France - a connu une série de succès politiques aussi bien en France qu’en Europe. Malheureusement la situation économique le rappellera bientôt a une réalité qui sera d’autant plus douloureuse qu’elle prendra les français par surprise et enverra aux oubliettes «la construction de l’Europe» telle qu’elle est vue par l’élite française.

Depuis sa victoire a la présidentielle, Hollande a non seulement gagné la majorité au parlement, il a aussi réussi a faire plier l’Allemagne sur la question de la responsabilité mutuelle des obligations des états de la zone euro. Ces succès n’empêchent pas le milieu des affaires d’être agité par un mauvais pressentiment de crise.

Le danger, que même les critiques les plus dures de Hollande semblent ignorer, ne réside pas tant dans les failles des politiques qu’il propose que dans son approche au double défi que pose les déséquilibres économiques français et la crise de la zone euro. Si Hollande avait la liberté de s’attaquer a ces deux domaines séparément, il pourrait avec un peu de chance s’en sortir, malheureusement pour lui leur juxtaposition voue inexorablement sa politique a l’échec renforçant la perte déjà aigue de la compétitivité de la France.

Le meilleur indice de la compétitivité demeure les coûts unitaires de la main d’œuvre qui mesurent le coût moyen de main d’œuvre par unité de production. Le problème est que dans une union monétaire, si l’écart de la croissance des salaires se creusent par rapport aux gains de productivité – soient les coûts unitaires de la main d’œuvre – cela crée une accumulation chronique de déficit ou de surplus commerciaux.