aerts7_Marko GeberGetty Images_telemedicine Marko Geber/Getty Images

La santé virtuelle pour tous

BÂLE – La pandémie de COVID-19 a fortement accéléré l’utilisation des technologies numériques dans le secteur de la santé. Pour de nombreuses personnes qui ne parvenaient plus à obtenir des soins en personne, l’accès à des services de santé virtuels est devenu une question de vie ou de mort.

Cette révolution ne s’effacera pas avec la fin de la pandémie. Mais sans une gestion judicieuse, une fracture numérique pourrait exacerber les inégalités en matière de santé. Si nous voulons assurer un avenir de la santé virtuelle dans lequel personne n’est laissé pour compte, nous devons avant tout tirer des leçons des 18 derniers mois et poser les bonnes questions.

Dès les premiers mois, la pandémie a déclenché un virage massif vers les services de santé en ligne. En France, le nombre de consultations de télésanté est passé de 40 000 à 4,5 millions entre février et avril 2020. En Inde, les consultations de santé en ligne chez les personnes âgées de plus de 50 ans ont augmenté de 502 % l’année dernière. Les investissements mondiaux dans la santé numérique ont doublé d’une année à l’autre en 2020, pour atteindre 21,6 milliards de dollars. Et les organisations non gouvernementales et intergouvernementales — de la Commission sur le large bande pour le développement durable à l’Organisation mondiale de la santé — ont renforcé leur intérêt pour cette question.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading and receive unfettered access to all content, subscribe now.

Subscribe

or

Unlock additional commentaries for FREE by registering.

Register

https://prosyn.org/zo1fJQafr