Football et tribalisme

AMSTERDAM – Feu Arthur Koestler, cet écrivain né à Budapest qui a écrit dans diverses langues et habité dans de nombreux pays a déclaré un jour qu'il y avait le nationalisme et le nationalisme footballistique. C'est ce dernier qui génère manifestement le plus de passion. Koestler lui-même, un citoyen britannique loyal et fier de son pays d'adoption, est resté tout au long de sa vie un nationaliste hongrois en matière de foot.

Les Américains, pour qui les compétitions internationales sont essentiellement une affaire intérieure, ont du mal à comprendre la passion des Européens pour les championnats d'Europe tous les quatre ans. Pendant des semaines cet été, dans les stades d'Autriche et de Suisse - pour ne pas mentionner les rues des capitales européennes de Madrid à Moscou - les drapeaux nationaux ont balayé l'air et les hymnes nationaux ont retenti tant et plus dans une flambée de patriotisme. La victoire espagnole a été l'une des rares occasions où Catalans, Castillans, Basques et Andalous ont partagé une explosion d'ivresse patriotique.

Pus que tout autre sport, le football, avec l'effort collectif, les couleurs de l'équipe, la vitesse, et l'agression physique, se prête à la libération des élans tribaux. Ainsi que l'a dit très sérieusement un célèbre entraîneur hollandais : "le foot c'est la guerre".

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/OBKjlfD/fr;