Le football, c’est la guerre

NEW YORK – Les drapeaux claquent déjà au vent, des Pays-Bas à l’Argentine, du Cameroun au Japon. Bientôt, les tambours rouleront et les trompettes sonneront. Les banderoles seront déployées et les cris de bataille résonneront. Nous voilà revenus à l’époque de la Coupe du monde de football.

Feu Rinus Michels, surnommé « le Général », l’entraîneur de l’équipe néerlandaise qui faillit l’emporter face à l’Allemagne lors de la Coupe du monde de 1974, est l’auteur du mot célèbre « Le football, c’est la guerre ». Lorsque les Hollandais prirent leur revanche en 1988 en devenant les champions d’Europe, plus de gens dansèrent dans les rues des Pays-Bas que le jour où prit fin la vraie guerre en mai 1945.

Dans un cas précis, en 1969, un match de football entre le Honduras et le Salvador fut le catalyseur d’un conflit armé, connu sous le nom de la guerre du Football. Les tensions étaient déjà vives entre les deux pays, mais les violences à l’endroit des supporters de l’équipe du Honduras et surtout, les insultes à l’encontre de l’hymne national et la profanation du drapeau hondurien mirent le feu aux poudres.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/M2vo5uX/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.