Une justice internationale déficiente pour le Soudan

Ceux qui ont suivi de près la tragédie du Darfour savent pertinemment que le président soudanais Omar Hassan el-Béchir est à la tête des politiciens et militaires responsables des crimes odieux commis à grande échelle contre des citoyens soudanais par les forces militaires du pays, avec l'assistance de milices et de groupes paramilitaires. Le seul tort de ces citoyens est d'appartenir à trois tribus (Four, Masalit et Zaghawa) ayant frayé avec les rebelles qui ont pris les armes contre le gouvernement il y a quelques années.

Toute mesure visant à rendre les dirigeants soudanais responsables de leurs crimes est donc plus que souhaitée. Pourtant, la décision de Luis Moreno-Ocampo, Procureur de la Cour pénale internationale, de demander un mandat d’arrêt contre Omar Hassan el-Béchir est surprenante pour trois raisons.

Tout d’abord, si l'objectif de Luis Moreno-Ocampo avait été d'arrêter le président soudanais, il aurait adressé une demande sous pli cacheté et invité les juges de la CPI à délivrer un mandat d’arrêt scellé, rendu public une fois qu’el-Béchir aurait voulu se rendre à l’étranger. La compétence de la Cour concernant les crimes commis au Darfour a été établie conformément à une décision du Conseil de sécurité de l’ONU ayant force obligatoire ; c’est-à-dire que même les États qui ne sont pas partis au statut de la Cour sont tenus d’exécuter ses arrêts et ordonnances. Le mandat étant public– à supposer que les juges confirment la décision –, el-Béchir n'a plus qu'à rester dans le pays pour éviter l'arrestation.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/XQWEcjG/fr;