refugee camp Gokhan Sahin | Stringer via Getty Images

Aider ensemble les réfugiés

LONDRES – Nous vivons probablement l’année la plus lourde de conséquences pour les migrations et la protection des réfugiés depuis la signature de la Convention de Genève, en 1951. Les choix que nous allons faire contribueront à créer ou bien des sociétés plus ouvertes, fondées sur la coopération internationale, ou bien à l’inverse encourageront des États autoritaires et leurs objectifs nationalistes.

Les crises des réfugiés et des migrations, en Méditerranée, en Asie, en Afrique et en Amérique centrale répandent leurs épouvantables souffrances sur l’humanité. On ne saurait surestimer leur portée. Car l’incapacité du monde à aider les populations les plus vulnérables traduit un effroyable effondrement moral dans la communauté internationale.

Nous courons le risque d’oublier ce que nous comprenons collectivement des raisons du système multilatéral et de la coopération internationale. Lorsque nous refusons de protéger ceux qui sont en butte aux persécutions, non seulement nous les mettons en danger, mais nous réduisons à néant nos principes de liberté civile et mettons en péril notre propre liberté.  

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/rSJUSuq/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.