7

Revoir la chaine logistique de l’innovation

CAMBRIDGE – Lorsque j’étais doctorant au MIT, j'ai eu l'occasion de travailler avec les professeurs Robert Langer et Ram Sasisekharan, dans un environnement où fusaient les idées novatrices. Nous imaginions le futur et avons souvent été poussés à poursuivre des technologies révolutionnaires qui étaient alors largement considérées comme impossibles. Cette expérience m'a inculqué un credo simple mais puissant : vois grand.

L'innovation est difficile. Si l'on est prêt à traverser la frontière de l'inconnu, il faut suivre la voie qui promet le plus grand impact potentiel. En explorant un large éventail de sujets – énergie, agriculture, médecine et autres – une approche s’est imposée, dans mon expérience, comme la plus efficace : commencer en réfléchissant à la fin. En identifiant les problèmes et en envisageant leur meilleure solution, on peut définir l'ensemble des contraintes au sein desquelles se déroule l'innovation technologique et établir un voie claire, même si souvent difficile, vers sa réalisation.

 1972 Hoover Dam

Trump and the End of the West?

As the US president-elect fills his administration, the direction of American policy is coming into focus. Project Syndicate contributors interpret what’s on the horizon.

Une exigence fondamentale de cette approche est d’avoir un esprit ouvert, qui n’est pas contraint par le dogme idiosyncrasique du sujet dont il est question. Ceux qui sont immergés dans un champ de connaissance ont une vue établie de ce qui est possible, basée sur une certaine combinaison des succès précédents, des biais de citation, des limites actuelles de la connaissance et de la vérité – et il est souvent difficile de distinguer ces sources. Mais le nouveau venu qui pose les questions les plus élémentaires commence à remarquer des incohérences logiques, à partir desquelles surgissent les vraies contraintes sur les solutions et les limites technologiques.

Les percées technologiques se situent à l'intersection des possibilités technologiques et des impératifs du marché. La compréhension de ces forces permet aux innovateurs d'optimiser la direction de l'invention. Avec des contraintes bien définies, une voie claire pour le développement de technologies innovantes – qui tient compte à la fois du connu et de l'inconnu – peut être planifiée. Cette approche non conventionnelle a toujours produit des technologies révolutionnaires qui, si elles sont bien mises en œuvre, peuvent révolutionner un domaine.

Par contre, ce qui est peut être plus intéressant est la réponse que ces progrès suscite souvent : « Cela semble tellement évident. Pourquoi personne ne l’a fait avant ? » Au début de ma carrière, cette réaction me troublait, elle me faisait me demander si je n'avais pas, en effet, négligé quelque chose d'évident. Mais, avec l’augmentation de mon expérience de l'innovation entrepreneuriale, je me suis rendu compte que cette réponse était provoquée par le fait que la plupart des gens sont piégés dans une doctrine spécifique, qui obscurcit les solutions innovantes qui se situent au-delà de ses frontières.

Les entreprises ont un comportement similaire lorsqu’il s'agit d’acquérir des technologies innovantes, en adhérant à des processus inefficaces, restrictifs, malgré une alternative apparemment évidente: les systèmes efficaces que les fabricants utilisent pour obtenir les intrants nécessaires à la production. Afin d'établir une voie claire et à faible risque pour produire leurs produits à un coût prévisible (et rentable), les entreprises emploient des équipes dédiées à la sécurisation des chaînes d'approvisionnement concernées, au contrôle des stocks, à la gestion du processus de production, et ainsi de suite – depuis le point d'origine jusqu’au point de consommation.

Dans de nombreux cas, cela demande d'entretenir des relations avec un réseau de fournisseurs sérieux, avec lesquels les producteurs partagent un cahier des charges détaillé concernant les produits. Cela garantit que les producteurs obtiennent exactement ce dont ils ont besoin et que les fournisseurs sont en mesure de livrer les intrants corrects. Le résultat est une relation de travail bien définie, hautement productive et mutuellement bénéfique.

En revanche, la chaîne logistique de l'innovation (le processus par lequel les entreprises obtiennent et / ou développent les futurs produits et améliorent leurs produits existants) tend à être caractérisée par l'inefficacité, l'ambiguïté et la concurrence. Et, dans de nombreux cas, aucune chaîne logistique n’est en place.

La plupart des compagnies pharmaceutiques, par exemple, ne disposent pas de chaîne logistique d'innovation efficace. Or, seulement 15% des médicaments approuvés récemment par la Food and Drug Administration américaine ont été développés par la même société qui les commercialise, ce qui signifie que de nombreuses grandes entreprises pharmaceutiques dépendent de l'écosystème de l'innovation pour promouvoir leurs produits.

Les compagnies pharmaceutiques se lamentent souvent du fait que les entreprises qui réalisent les innovations qu’ils commercialisent n'effectuent pas d'essais cliniques correspondant à leur cahier de charges, ce qui les oblige à répéter le travail. Néanmoins, ils sont réticents à fournir ces cahiers de charge à l'avance – même quand les innovateurs les demandent – peut-être pour protéger leur position sur le marché ou des efforts internes. Par ailleurs, ces mêmes entreprises sont en concurrence directe dans la fourniture des technologies innovantes. Le résultat est une chaîne logistique brisée.

Tout comme les innovateurs individuels doivent défier la sagesse conventionnelle, les entreprises devraient remplacer l'approche établie de la chaîne logistique de l'innovation par quelque chose qui ressemblerait davantage à la façon dont ils créent et maintiennent une chaîne logistique de fabrication. Si les opérateurs historiques du marché étaient prêts à partager leur « cahier de charges des innovations » (qui ne doit pas être confondu avec les méthodes d'innovation), ils pourraient développer un réseau efficace de fournisseurs d'innovation, qui augmenterait la fiabilité de leur moteur de développement de produits. Et, comme dans les chaînes logistiques de fabrication efficaces, le fournisseur et l'acheteur devraient construire une relation réciproque, dans laquelle ils ne sont pas en concurrence les uns avec les autres, pratiquement ou économiquement, dans les activités spécifiques qu'ils exécutent.

Fake news or real views Learn More

Une chaîne logistique efficace peut transformer l'innovation tant au niveau individuel que de l'industrie. En effet, une approche commune – définir les besoins fondamentaux du marché, envisager les contraintes à leur satisfaction et repousser les limites de la pensée actuelle – s'applique à tous les types d'innovation. Avec un écosystème de l'innovation organisé selon ces principes, les progrès « évidents » pourraient se produire beaucoup plus rapidement. Dans quelle mesure ceci est-il évident ?

Traduit de l’anglais par Timothée Demont