0

Cinq impératifs pour le G20

NEW YORK – Les économies de la planète sont de plus en plus interdépendantes mais le nationalisme économique, le protectionnisme, et les comportements opportunistes menacent les liens de confiance et de coopération exigés par une économie réellement globalisée.

Pour éviter une autre récession, ou pire encore, les dirigeants des vingt nations les plus riches doivent agir avec fermeté lors de leur prochain sommet semi-annuel à Séoul pour définir un ordre du jour élargi qui contribuera à encourager une croissance globale plus équilibrée, plus équitable et plus durable – et garantir la stricte application de ce dispositif.

Cinq principes devraient guider leur réflexion. Premièrement, même si les différences dans les échanges commerciaux et les politiques économiques doivent être traitées, il faut fermement s’opposer aux intérêts personnels à courte vue. Les excédents excessifs de certains pays et les dettes excessives d’autres, alimentés par des monnaies sous évaluées et la débandade des dépenses publiques, doivent respectivement être jugulés. Les pays doivent s’engager à ne pas interrompre pour des raisons politiques les exportations de ressources naturelles clés, et à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour maintenir et encourager les marchés libres sur la base des principes de réciprocité et de viabilité à long terme.

Pour ce faire, l’ensemble des acteurs majeurs doivent rester fidèles au principe du libre échange dans le cadre d’un système global juste et équitable, et ils doivent formuler cet engagement de manière respectueuse, ferme et répétée à leurs concitoyens. Les Etats-Unis et la Chine surtout, en tant que les deux plus importantes puissances commerciales mondiales, doivent combattre leurs inclinaisons respectives à élever d’invisibles barrières ou à prendre des mesures de représailles inappropriées à seule fin de calmer l’opinion publique de leurs pays. Toutes les économies devront gérer les bouleversements intérieurs qui peuvent accompagner la libéralisation des marchés.