Ecologie en eaux troubles

NAIROBI – Si vous étiez un triton tacheté de Kaiser, autrement dit une salamandre d’Iran, l’avenir vous sourirait. Les Etats réunis à Doha, pour la Convention sur le commerce international des espèces menacées d’extinction (CITES), viennent de voter une loi interdisant le commerce des Kaisers iraniens, assortie d’une protection renforcée pour une foule de créatures terrestres.

Mais si vous aviez la malchance de faire partie des thons rouges peuplant l’Atlantique de l’Ouest, votre humeur serait des plus pessimistes. De même pour plusieurs espèces de requins, dont le requin océanique à aileron blanc, le requin marteau halicorne, et le requin taupe géant. En dépit de solides démonstrations scientifiques, établissant que ces trois populations connaissent une diminution drastique, toutes les propositions tendant à renforcer le contrôle commercial sur ces espèces marines – avec plus de 30 espèces de coraux – ont échoué à préserver l’indispensable majorité des deux tiers.

Pour ce qui concerne les thons rouges, plusieurs pays ont prétendu que l’organisation responsable existante – la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique (ICCAT) – était toute désignée pour s’en occuper. Ceux qui proposaient un règlement plus rigoureux n’en étaient pas convaincus – et à juste titre.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/FPyvXPT/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.