0

L’Apocalypse fiscale

Alors que les soutiens du président George W. Bush se sont émiettés aux États-Unis durant l'année dernière, l'élément le plus surprenant de ce mouvement est peut-être la rébellion des économistes et des observateurs des politiques économiques. La semaine dernière, Peggy Noonan, qui rédigeait les discours du président Reagan et du président Bush père, déclarait au Wall Street Journal que si elle avait su ce qu'allait être la politique fiscale de George W. Bush, elle aurait voté pour Al Gore aux élections présidentielles de 2000.

"Si j'avais pu croire [que George W. Bush] s'afficherait comme un républicain à la Rockefeller, très dépensier… Je n'aurais pas voté pour lui…" écrivait-elle. Bush "s'est présenté comme un conservateur… [et] le conservatisme est hostile, pour des raisons diverses allant de la philosophie et la pensée abstraite au pragmatisme et à l'action véritable, aux grosses dépenses et à une imposition lourde…" Elle exprime ensuite un désespoir quasi-total : "M. Bush n'a plus à se présenter aux élections et est dans une position où il peut s'engager et défendre, même si ce n'est que de manière rhétorique, le ralentissement et la réduction des dépenses. Il ne l'a pas fait. Et rien ne montre qu'il le fera…"

Noonan n'a pas tout à fait raison. George W. Bush ne s'est pas présenté comme le défenseur d'un conservatisme ordinaire, mais comme ce qu'il a appelé "le conservatisme à visage humain", entretenant ainsi une certaine ambiguïté. Certains n'en ont retenu que le "conservatisme" : ils s'attendaient à ce que la politique fiscale du gouvernement Bush garde la bride serrée sur les dépenses et élimine de nombreux programmes pour financer des réductions d'impôts importantes.

D'autres n'en ont retenu que le "visage humain" : ils s'attendaient à ce que la politique fiscale de Bush rejettent les réductions d'impôts et adoptent en priorité des dépenses de type Démocrate, notamment le développement des aides fédérales à l'éducation et aux prestations pharmaceutiques, montrant ainsi que les Républicains pouvaient faire fonctionner une version financièrement plus efficace de l'État providence. D'autres encore ont interprété ce "conservatisme à visage humain", comme le disait le commentateur Andrew Sullivan, comme un "écran de fumée…nécessaire pour tout repli réussi aussi vague soit-il de l'intervention de l'État dans un système de prestations insatiable." Ils s'attendaient à des réductions d'impôts suivies d'une attaque toutes voiles dehors sur les dépenses sociales quand les déficits auraient réapparu.