New York Stock Exchange Spencer Platt/Getty Images

L'exagération des mérites des taxes sur les transactions financières

CAMBRIDGE – Quel que soit le résultat des élections présidentielles de novembre prochain aux États-Unis, une proposition qui va probablement leur survivre est l'introduction d'une taxe sur les transactions financières (TTF). Bien qu'il ne s'agisse en aucun cas d'une idée folle, une TTF a peu de chances d'être la panacée, contrairement à ce qu'ont tendance à croire ses partisans d'extrême-gauche. C'est certainement un mauvais produit de remplacement pour une réforme fiscale plus approfondie visant à rendre le système plus simple, plus transparent et plus progressif.

Alors que la société américaine vieillit et que les inégalités nationales s'aggravent, et en supposant que les taux d'intérêt sur la dette nationale finissent par augmenter, les taxes devront augmenter, urgemment pour les riches mais bientôt également pour la classe moyenne. Il n'y a pas de remède miracle et on a exagéré les mérites de l'idée politiquement opportune d'une taxe « Robin des Bois » sur la spéculation.

Il est vrai qu'un certain nombre de pays avancés utilisent déjà les TTF sous une forme ou sous une autre. Le Royaume-Uni a eu un « droit de timbre » sur les ventes d'actions durant des siècles et les États-Unis en ont eu un de 1914 à 1964. L'Union européenne a un plan controversé actuellement à l'étude, qui est censé imposer une gamme bien plus étendue de transactions.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/XRPiDKC/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.