0

Un marché de hackers ?

NEW YORK – Jamais dans l'histoire de la communication écrite, 140 caractères n’ont pu avoir l'impact qu'ils peuvent avoir aujourd’hui. Il y a deux semaines, après avoir piraté le principal compte Twitter del’Associated Press (@AP), l'Armée Electronique Syrienne (SEA) a publié un faux tweet faisant état de deux explosions à la Maison Blanche qui auraient blessé le président Barack Obama. En quelques secondes, les marchés financiers américains chutèrent d'environ 1%.

Quelques minutes plus tard, des réfutations en tous sens ont inondé Twitter. Les journalistes présents à la Maison Blanche tweetèrent qu'ils n’avaient ressenti aucune explosion et les journalistes d'AP ainsi que le compte Twitter AP Politics annoncèrent que @AP avait été piraté. Lors de son briefing d'après-midi, l’attaché de presse de la Maison Blanche Jay Carney confirma que M. Obama était effectivement sain et sauf. Les marchés financiers revinrent enfin à leur niveau d'avant-canular.

Le piratage du compte Twitter @AP représente un risque systémique qui ne peut pas être éliminé, car il découle de l'interaction de marchés financiers hautement intégrés et d’une fourniture d’information de plus en plus démocratisée. Compte tenu des fortes incitations pour des parties malicieuses à perpétrer de tels canulars, nous devrions nous attendre à voir une augmentation du nombre de ce genre d'incidents.

Les marchés financiers sont vulnérables à la manipulation, parce qu'ils ne sont pas dans le domaine de l'évaluation de la vérité. La bourse favorise souvent les pionniers, de telle sorte qu’être rapide mais avoir tort peut encore être rentable.