0

Une révolution de banquier

KUALA LUMPUR – Les régulateurs financiers sont généralement connus pour adopter une approche mesurée et prudente en matière de changement. Pourtant, dans le monde en développement, cette réputation est en train d’être renversée. Dans certains des pays les plus pauvres du monde, les banquiers centraux se sont démontrés prêts à prendre des décisions audacieuses – adoptant des approches novatrices dans leur quête pour élargir la participation au système financier formel, accroître la stabilité financière et mettre leurs pays sur la voie de la croissance économique inclusive et durable.

L'augmentation de l'inclusion financière exige de repenser fondamentalement la façon dont le système financier d'un pays est structuré et fonctionne. Souvent, elle nécessite également de recourir à des instruments en dehors de la boîte à outils traditionnelle des banquiers centraux. Au Kenya, par exemple, les fonctionnaires ont modifié le cadre réglementaire pour permettre la croissance de l'argent mobile. En Malaisie, la banque centrale a pris un rôle de leader dans l’élévation du niveau de connaissances financières du public. Aux Philippines, la Bangko Sentral ng Pilipinas a permis de doubler le nombre de points d'accès où les consommateurs peuvent obtenir des services financiers, soutenant l'ouverture de 517 bureaux micro-bancaires, dont un grand nombre dans des municipalités sans succursales bancaires traditionnelles.

De même, en 2011, la Banque de Tanzanie s’est engagée spécifiquement à accroître l'inclusion financière sous la bannière de la Déclaration Maya de l'Alliance pour l'inclusion financière, un engagement des responsables politiques dans le monde en développement pour déverrouiller le potentiel social et économique des pauvres. Le résultat a été spectaculaire et a largement dépassé les attentes. La Tanzanie a atteint un an à l’avance son objectif de fournir un accès aux services bancaires à 50% de ses citoyens adultes, faisant du pays un chef de file mondial des services financiers numériques. Comme dans le cas du Kenya voisin, le tournant a été l'adoption généralisée de l'argent mobile. « Cela peut sembler original », déclare Benno Ndulu, gouverneur de la banque, « mais nous devons permettre à l'innovation d’anticiper la réglementation ».

Bien que ce soit l’Afrique de l'Est qui ait ouvert la voie de la monnaie électronique, d'autres parties du monde ont également adopté différentes approches novatrices. L'année dernière, en Colombie, le Congrès a adopté une loi créant un nouveau type d'institution financière spécialisée appelée Specialized Electronic Deposit and Payment Institution. Sans être techniquement des banques, ces institutions sont en mesure d'accepter les dépôts des clients et des paiements par voie électronique au moyen de téléphones mobiles ou dans des endroits agréés comme un bureau de poste. L'effort fait partie d'une stratégie nationale plus vaste, lancée en 2014, pour fournir un accès financier à 76% des adultes et 56% avec des comptes d'épargne actifs d'ici la fin de l'année 2016.