L'aberration de la guerre contre le terrorisme

Depuis presque cinq ans, la "guerre contre le terrorisme" s'est révélée être une métaphore inappropriée qui a conduit à de choix politiques contre-productifs, voués à l'échec. Une figure de style maladroite appliquée à la lettre à mené à la guerre sur plusieurs fronts : L'Irak, Gaza, le Liban, l'Afghanistan et la Somalie. Des milliers de civils innocents ont été tués, entraînant la colère de millions de personnes à travers le monde.

Pourtant, Al-Qaida n'a pas été vaincu, ainsi que le montre la récente tentative de faire exploser des avions commerciaux en partance de Londres vers les USA. Ce complot, déjoué grâce à la vigilance des services de renseignements britanniques, aurait pu faire encore plus de morts que les attentats du 11 septembre, mais ce ne sera sans doute pas la dernière tentative de ce genre.

Malheureusement, les Américains acceptent sans grand esprit critique cette métaphore guerrière en tant que réponse au 11 septembre. Pourtant aujourd'hui, alors que l'on reconnaît généralement que l'invasion de l'Irak a été une erreur, la "guerre contre le terrorisme" reste le cadre de la politique américaine. La plupart des hommes politiques démocrates y souscrivent aussi, de peur d'être accusés de faiblesse sur les questions de défense.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/nkNbnDC/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.