Combattre l'exception française

L'attention de l'Europe est aujourd'hui toute tournée et avec à propos vers l'élargissement et la constitution en cours de négociation entre les États membres. Cependant, le résultat de plusieurs prises de bec gauloises avec la Commission européenne n'en sera pas moins important pour déterminer le sort de la nouvelle Europe élargie.

La France a choisi unilatéralement d'ignorer le pacte de stabilité et de croissance en laissant courir son déficit public au-delà de la limite des 3% du PIB. Les Français aiment parler de la rigueur rationnelle de leur pensée, mais là où les budgets sont concernés, Descartes n'est plus de mise et la confusion fait son entrée.

La France fit partie des principaux critiques de l'Irlande quand, en 2000, le gouvernement irlandais ne réduisit son surplus budgétaire, qui était alors à 4%, que d'un simple 0.5%. D'autres pays n'ont pas respecté le pacte de stabilité, mais la France est le premier pays à le faire avec un petit sourire satisfait ouvertement méprisant.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/4G5IWr2/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.